Un jardin bourdonnant

Nos jardins constituent une source précieuse de nectar et de pollen qui peut aider à combler les besoins nutritionnels des pollinisateurs. Les abeilles sont les principaux agents pollinisateurs, mais bien d’autres espèces contribuent à répandre le précieux pollen – les papillons de jour et de nuit, les guêpes, certaines mouches et certains coléoptères, sans oublier les colibris et les chauves-souris.

Les plantes fleuries attirent les pollinisateurs au potager. Les pollinisateurs, une fois au jardin, visiteront aussi les fleurs des légumes. Celles-ci seront pollinisées à leur tour, favorisant ainsi la production de légumes et de fruits.

Assurez-vous d’avoir une diversité de végétaux qui fleuriront à divers moments au cours de la saison. Intégrez, autant que possible, des espèces indigènes à votre aménagement, car leurs fleurs sont généralement riches en nectar et en pollen.  Elles comprennent des vivaces comme les ancolies, les asters, les monardes et les verges d’or. Par ailleurs, les plantes telles que l’asclépiade tubéreuse et l’asclépiade de Syrie ne sont pas bénéfiques qu’aux abeilles, car elles fournissent une alimentation attrayante et nutritive à d’autres pollinisateurs, notamment les papillons. Évitez les plantes hybrides à fleurs doubles ou triples dont le nectar ou le pollen n’est pas accessible aux pollinisateurs.

Plusieurs fines herbes comme l’aneth, la ciboulette, la coriandre, le fenouil, la lavande, la mélisse, la menthe, l’origan, le persil, la sauge et le thym attirent les pollinisateurs et d’autres insectes bénéfiques. Plusieurs se cultivent bien en pots. Certaines servent également de plantes hôtes pour les papillons. Il faut toutefois les laisser fleurir et tolérer la présence de chenille.

Cet article est une collaboration de Odette Sabourin, vice-présidente de la Société d’horticulture et d’écologie de Saint-Bruno, dans le cadre de la campagne Cultivons nos 5 fleurons.

abeille dans une fleur rose

Voir aussi